Festival d’humour de Vaour 2008

Du 2 au 9 aout 2008 s’est déroulé à Vaour (dans le Tarn) le festival “L’été de Vaour” dont le cœur est l’humour. Il faut noter que Vaour bénéficie d’un énorme travail fait par ses nombreux bénévoles : l’ambiance y est bon enfant mais l’organisation & les spectacles restent très « pro ». Bref, pour moi, le festival de Vaour est aux spectacles ce que peuvent être les bonnes chambres d’hôte à l’hôtellerie : sympa, propres et desquelles on garde un très bon souvenir, contrairement aux 5 étoiles nickels & luxueux, mais impersonnels & ennuyeux. Vaour, ce sont des spectacles payants, des spectacles gratuits et tous les jours un apéro concert gratuit sur la place de l’église.

Parmi les spectacles auxquels j’ai pu assister cette année, voici les 4 que j’ai le plus apprécié :

le Frichti de Fatou par la Compagnie tombée du Ciel. Fatou y raconte sa découverte de la liberté & de la sexualité. Depuis son bled natal en Algérie jusqu’à ses rencontres étonnantes à Paris, Fatou suivra une sorte de parcours initiatique dans lequel elle tentera de trouver réponse à ses questions, à travers 2 cultures parfois opposées. L’interprétation est sans faille et une musicienne accompagne la prestation avec violoncelle et contrebasse. La musique est discrète mais adaptée et se fait plus remarquer lors de petits interlude chansonnette. Cerise sur le gâteau, à la fin, Fatou nous propose de déguster son Frichti qu’elle a cuisiné tout au long du spectacle.

La Compagnie Opus a présenté son « Petit Répertoire ». C’est un musé complètement décalé, second degré, qui propose de nous faire découvrir des inventions imaginaires n’ayant pas connu le succès qu’elles méritent. On peut par exemple citer la « machine à déferrer les chats et attendrir la viande » ou encore la « machine à faire des nœuds de cravate » dont le fonctionnement n’a pas encore été bien compris. Le conservateur de ce musé nous emmène donc pour un tour de France hilarant des inventions méconnues, lors duquel toutes les régions et leurs habitants en prennent pour leur grade.

Jérôme Rouger de la compagnie « La Martingale » nous a interprété son « Furie »… Ou plutôt, il aurait aimé nous l’interpréter, mais le spectacle ayant pris ses clics et ses clacs sans prévenir, l’auteur s’est retrouvé bien démuni au moment de nous le présenter ! Oui, les amateurs de théâtre classique peuvent ici passer leur chemin : il s’agit d’une mise en abyme étonnante et déroutante, d’une prise à contrepieds de toutes les conventions théâtrales lors de laquelle la notion même de public est renversée, l’acteur devenant le spectateur ! Bref, les amateurs de surprises et de nœuds au cerveau seront ravis.
Seul micro-bémol (qui aime bien châtie bien), j’aurai aimé que le jeu de Jérome Rouger soit un peu plus hésitant, moins convenu, pour pouvoir souligner encore plus l’embarras dans lequel il feint de se trouver sur scène. Quitte à ce que certains spectateurs ne comprennent vraiment pas et sortent de la salle ! Mais cette critique est largement compensée par la qualité d’écriture de la pièce et ses nombreuses trouvailles et surprises.

Et pour finir, j’ai assisté au « Cabaret des engagés » de la Compagnie Hyperbole à trois poils. Ce spectacle, on peut dire que j’y allais à reculons. Avec un tel intitulé, on allait assister, pensais-je, à une énième critique fascismo-gauchiste de la société sur fond de lutte des classes. Et bien ce fut le cas ! Mais de manière sublime, subtile et musicale ! Pour vous situer l’ambiance, vous vous rappelez le masque porté par Jigsaw dans les films « Saw » ? Et bien les 4 chanteurs/acteurs/musiciens sont équipés de masques du même style, ce qui confère à leurs caricatures de personnages (bourgeois autoritaire, clown aigri, vieillard pathétique et jeune fille maladroite) une force de conviction et un charisme énorme. Pour moi, outre les différentes compositions musicales jouées sur un rythme entrainant & effréné (texte de Léo Ferré, Boris Vian ? Hou, j’ai honte !) le point d’orgue fut la reprise en français de « Anarchy in the UK » des Sex Pistols (ah, j’ai quand même mes références, mais pas les plus classiques !). Au violon, accordéon et guitare sèche, la reprise en jette ! Pour preuve de la qualité du spectacle offert, et malgré l’heure tardive, le public, debout, a multiplié les rappels. A bas la bourgeoisie !
Ah si, juste une chose : ne vous fiez pas trop au chansons dispo à l’écoute sur leur site myspace : en live c’est beaucoup plus speed, trash, punk et… jouissif !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s